France

Data : la fréquentation des stades en France

En France, les deux premières divisions de football (la Ligue 1 et la Ligue 2) et de rugby (Top 14 et Pro D2) sont des compétitions professionnelles et attirent des spectateurs chaque week-end. L’analyse de la fréquentation de ces stades, sur la saison 2018-2019, permet de dégager une tendance quant au préférences des différentes régions entre les deux sports.

Football ou rugby ? Si le choix ne se résume pas seulement à ces deux sports, il est évident qu’une grande majorité des amateurs de sports se porte sur l’un ou l’autre. Avec quarante clubs dans les deux premières divisions en football et trente en rugby, les Français possèdent de nombreuses options. Soixante-dix formations donc qui représentent une identité et des valeurs auxquelles chaque supporter adhère.

Et lorsqu’une personne choisit un club, il lui arrive de se rendre au stade. Sur les soixante-dix clubs de Ligue 1, Ligue 2, Top 14 et Pro D2 tous évoluent dans leur propre stade. Parmi eux, seul celui de La Rochelle, dans l’élite du rugby, affiche un taux de remplissage de 100 %. Un chiffre exceptionnel d’autant plus impressionnant puisque le chef-lieu de la Charente-Maritime évolue en Nouvelle Aquitaine, deuxième région engageant le plus de clubs (11) sur les 4 différentes divisions. Celle qui pointe tout en haut du classement, c’est l’Occitanie avec une unité de plus.

A lire aussi : https://www.lequipe.fr/Football/Diaporama/Le-top-20-des-affluences-moyennes-en-2017-2018/7328

Il est également intéressant de noter que c’est le Top 14 qui, en moyenne, affiche la plus haute valeur de remplissage des stades. Avec 72 %, l’élite du rugby français devance d’une courte tête la Ligue 1 et ses 70 %. Il faut cependant mesurer ces chiffres puisque la capacité moyenne des quatorze stades des clubs de rugby est de 20 555 contre 32 523 pour la L1. Enfin, sur la saison 2018-2019 la Ligue 1 a attiré 22 831 spectateurs par match, le Top 14 lui, 13 909.

Ligue 1

En s’intéressant plus précisément à la Ligue 1, il est intéressant de remarquer que le Nord de la France affiche le meilleur taux de remplissage. Les stades de Bretagne (79%), des Hauts-de-France (80%) et du Grand Est (77%) dépassent tous la barre des 75%, en ayant, au moins, deux clubs engagés. La Normandie (82%) et l’Île-de-France (98%) affichent également une belle moyenne, qu’il faut cependant nuancer, puisqu’un seul club évolue dans ces deux régions.

Le Sud de la France avec la Nouvelle-Aquitaine (50%, un club), l’Occitanie (55%, trois clubs) et la Provence-Alpes-Côte d’Azur (58%, trois clubs) sont donc en dessous de la moyenne et assez loin du Nord de la France. L’Auvergne-Rhône-Alpes est lui à contre courant avec une moyenne de 76% pour deux clubs engagés.

Pour des données plus complètes sur la Ligue 1, rendez vous ici.

Ligue 2

La donne est sensiblement différente concernant la Ligue 2. Il s’agit effectivement de la division affichant la plus faible moyenne des quatre divisions avec 44%. A première vue, la répartition est aléatoire, pourtant, dans le détail, c’est bien le Nord qui, comme en Ligue 1, affiche la fréquentation la plus significative. On retrouve effectivement la Bretagne (58%, deux clubs), les Hauts-de-France (60%, deux clubs) – meilleure moyenne en Ligue 2 – et le Grand Est (45%, trois clubs).

Dans le reste de la France, la répartition est bien plus aléatoire. Le Centre-Val de Loire (46%, deux clubs) et la Corse (44%, deux clubs) atteignent, au moins, la moyenne nationale. Les autres régions : l’Auvergne-Rhône-Alpes (42%) et la Bourgogne-Franche-Comté (35%) – avec aux moins deux équipes engagées – limitent la casse contrairement à l’Île-de-France (28%), loin d’être passionnée par l’antichambre de la Ligue 1. Avec un club dans leur région, la Nouvelle-Aquitaine (54%) et la Normandie (45%) dépasse la moyenne contrairement à l’Occitanie (17%) largement dernière.

Pour des données plus complètes sur la Ligue 2, rendez-vous ici.

Top 14

Difficile d’être plus explicite : la tendance se dégage très clairement avec un plébiscite du rugby dans la partie Sud de la France. La Nouvelle-Aquitaine (73%, quatre clubs), l’Occitanie (83%, trois clubs), la Provence-Alpes-Côte d’Azur (89%, un club) affichent une vraie préférence pour ce sport. L’Île-de-France est la seule région de la zone Nord a être représentée mais affiche toutefois la pire moyenne du Top 14 avec 49% de taux de remplissage pour deux formations engagées.

L’Auvergne-Rhône-Alpes (66%, trois clubs) dispose d’une moyenne correcte mais ne plébiscite pas pour autant le rugby malgré un intérêt affirmé du côté du Puy-de-Dôme et de Clermont-Ferrand. Le Stade Marcel-Michelin de l’ASM affiche effectivement une moyenne de 93% de remplissage. Un chiffre largement abaissé par ceux du LOU (39%), à Lyon dont les habitants se passionnent beaucoup plus pour son équipe de football : l’Olympique lyonnais (82%).

Pour des données plus complètes sur le Top 14, rendez-vous ici.

Pro D2

En Pro D2, la tendance est confirmée. Le partie Sud semble effectivement plus attirée par le rugby. Cependant, le niveau, inférieur à celui du Top 14 et le nombre important de clubs qui y figurent (douze), impacte les moyennes de la deuxième division. Concernant la Pro D2, treize formations sur seize engagées sont réparties sur les régions Nouvelle-Aquitaine (cinq clubs, 50% de remplissage), Occitanie (quatre clubs, 36% de remplissage), Provence-Alpes-Côte d’Azur (un club, 73% de remplissage) et l’Auvergne-Rhône-Alpes (trois clubs, 47% de remplissage).

La partie Nord de la France s’affirme un peu plus avec trois clubs engagés sur trois régions différentes : la Bretagne (79%), l’Île-de-France (55%) et la Bourgogne-Franche-Comté (96%). Des pourcentages élevés en comparaison de la moitié Sud mais peu représentatifs car ces régions n’engagent qu’une seule formation.

Pour des données plus complètes sur la Pro D2, rendez-vous ici.

L’analyse détaillée de la fréquentation des stades des championnats de Ligue 1, Ligue 2, Top 14 et Pro D2 permet de distinguer plusieurs tendances. Si l’on procédait à des conclusions rapides, il serait possible d’affirmer que la partie Nord de la France est un territoire de football et que le Sud est lui porté vers le rugby. Il faut cependant nuancer cela en prenant compte la présence de clubs mythiques et reconnus pour leur ferveur comme l’Olympique de Marseille ou l’AS Saint-Etienne, en football, dans la moitié Sud.

Concernant la partie Nord de la France, il est plus évident d’affirmer qu’elle est un territoire de football. Avec seulement cinq clubs engagés sur les trente de Top 14 et de Pro D2, l’intérêt est bien moindre pour le rugby malgré un engouement réel pour l’USON Nevers en Bourgogne-Franche Comté (95%).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *